marche n°1

Marcher pour être attentif à son ombre.

marche n°3

Marcher pour ne pas perdre son ombre.

marche n°4

Marcher pour laisser des traces.

marche n°5

Marcher pour ne pas laisser de traces.

marche n°6

Marcher pour remonter le paysage comme on remonte le temps.

marche n°7

Marcher pour traverser les rivières.

marche n°9

Marcher pour "être marché" par le paysage.

marche n°10

Marcher pour faire acte de présence au monde.

marche n°11

Marcher pour être à égalité avec tous les humains.

marche n°12

Marcher pour trouver un endroit où retourner.

marche n°13

Marcher pour se rencontrer.

marche n°14

Marcher pour donner de l'importance à chaque geste.

marche n°15

Marcher pour être aidé.

marche n°16

Marcher pour voir les choses arriver de loin.

marche n°17

Marcher pour relier les êtres.

marche n°18

Marcher pour trouver pourquoi marcher.

marche n°19

Marcher pour activer ce qui est sans intérêt.

marche n°20

Marcher pour être sollicité par quelqu'un.

marche n°21

Marcher pour être et faire en même temps.

marche n°22

Marcher pour faire partie du même monde que les animaux.

marche n°23

Marcher pour échapper à l'idée même d'identité, à la tentation d'être quelqu'un, d'avoir un nom et une histoire.

marche n°24

Marcher pour penser sans référence.

marche n°25

Marcher pour laisser respirer les heures.

marche n°26

Marcher pour approfondir l'espace.

marche n°27

Marcher pour accompagner le temps.

marche n°28

Marcher pour faire infuser son corps dans le paysage.

marche n°29

Marcher pour gagner la sympathie de tout ce qui nous entoure.

marche n°30

Marcher pour rendre visite à des coins de verdure.

marche n°31

Marcher pour perdre l'usage des mots, pour écouter mieux.

marche n°32

Marcher pour retrouver en soi le premier humain, l'absolument primitif.

marche n°33

Marcher pour apprendre à s'aimer plutôt que se préférer.

marche n°34

Marcher pour ne rien faire d'autre que marcher.

marche n°35

Marcher pour ne pas comparer.

marche n°36

Marcher pour demeurer à la verticale de soi-même.

marche n°37

Marcher pour éprouver sa propre consistance.

marche n°38

Marcher pour ne pas être dans la nature mais naturel.

marche n°39

Marcher (le matin) pour comprendre la force des commencements naturels.

marche n°40

Marcher pour approcher ce qui demeure éternellement neuf.

marche n°41

Marcher pour entailler l'opacité du monde.

marche n°42

Marcher pour être à la fois vainqueur et vaincu.

marche n°43

Marcher pour s'exposer à l'élémentaire.

marche n°44

Marcher pour bercer l'esprit.

marche n°45

Marcher pour se souvenir de ses rêves.

marche n°46

Marcher pour diluer la tristesse et s'y noyer.

marche n°47

Marcher pour suivre son idée.

marche n°48

Marcher pour interrompre l'événement.

marche n°49

Marcher pour subvertir la solitude, la vitesse, l'affairisme et la consommation.

marche n°50

Marcher pour s'enlacer à la monotonie démesurée du sol.

marche n°51

Marcher pour articuler la profondeur de l'espace du monde.

marche n°52

Marcher pour faire vivre le paysage.

marche n°53

Marcher pour expérimenter la pesanteur, l'aimantation inexorable de la Terre.

marche n°54

Marcher pour accomplir la gravité (et ne pas la transgresser).

marche n°55

Marcher pour se résigner à n'être que ce corps qui marche, absolument accordé.

marche n°56

Marcher pour mourir debout.

marche n°57

Marcher pour accueillir le temps, l'effeuiller au fil des pas.

marche n°58

Marcher pour s'opposer à la violence du monde.

marche n°59

Marcher pour ne pas se sentir ne rien faire.

marche n°60

Marcher pour se concentrer sur soi, et découvrir que le reste du monde rime.

marche n°61

Marcher pour voir les souris.

marche n°62

Marcher pour les odeurs de foin et le gémissement des arbres.

marche n°64

Marcher pour apprécier une direction (non pas l'endroit).

marche n°65

Marcher pour lire la confiance dans les yeux des moutons.

marche n°66

Marcher pour se brûler la plante des pieds sur le noyau incandescent de la Terre.

marche n°67

Marcher pour que marcher marche encore.

marche n°68

Marcher pour ne renvoyer que nos coeurs embaumés.

marche n°69

Marcher pour mettre de l'air et du soleil dans nos pensées.

marche n°70

Marcher pour oublier ses obligations vis-à-vis de la société.

marche n°71

Marcher pour retrouver son corps.

marche n°72

Marcher pour solliciter la vie sans relâche.

marche n°73

Marcher pour s'entourer des matières premières de la vie.

marche n°74

Marcher pour ne plus entendre les voitures.

marche n°75

Marcher pour redonner du sens aux routes.

marche n°76

Marcher pour intensifier sa propre présence à soi.

marche n°77

Marcher pour s'exposer aux difficultés.

marche n°78

Marcher pour faire un pas de côté.

marche n°79

Marcher pour retrouver l'immensité du monde.

marche n°80

Marcher pour mesurer le monde.

marche n°81

Marcher pour savoir ce que c'est que faire un kilomètre.

marche n°82

Marcher pour converser avec l'histoire et le temps.

marche n°83

Marcher pour se familiariser au paysage.

marche n°84

Marcher pour se rendre disponible à la puissance même de penser.

marche n°85

Marcher pour redevenir bon voisin des choses les plus proches.

marche n°86

Marcher pour faire semblant d'agir.

marche n°87

Marcher pour habiter son corps et le monde.

marche n°88

Marcher pour donner un rythme à sa pensée.

marche n°89

Marcher pour relier les espaces entre eux.

marche n°90

Marcher pour protéger l'ineffable.

marche n°91

Marcher pour habiter autre chose que l'intérieur des voitures et des immeubles.

marche n°92

Marcher pour circuler du monde à l'esprit.

marche n°93

Marcher pour avoir une position d'où parler.

marche n°94

Marcher pour rendre le monde intime.

marche n°95

Marcher pour arrimer la pensée à une connaissance personnelle et physique du monde.

marche n°96

Marcher pour saisir notre corps dans sa relation au monde.

marche n°97

Marcher pour saisir sa propre continuité dans le mouvement du monde.

marche n°98

Marcher pour étendre le corps au monde.

marche n°99

Marcher pour connaître le monde à partir du corps et le corps à partir du monde.

marche n°100

Marcher pour flirter avec la chute.

marche n°101

Marcher pour se ramener aux limites du biologique.

marche n°102

Marcher pour lire avec ses pieds.

marche n°103

Marcher pour s'attacher au détachement.

marche n°104

Marcher pour habiter ses pensées.

marche n°105

Marcher pour visiter les montagnes comme de vieux amis.

marche n°106

Marcher pour que les passions essentielles du coeur trouvent un meilleur terreau.

marche n°107

Marcher pour relier l'intelligence du monde.

marche n°108

Marcher pour toucher la vraie matière.

marche n°109

Marcher pour que le monde gagne en spiritualité.

marche n°110

Marcher pour favoriser l'avènement d'une révolution politique, sociale et spirituelle.

marche n°111

Marcher pour ne rien produire ni détruire.

marche n°112

Marcher pour transformer le monde en jardin.

marche n°113

Marcher pour rattacher les territoires morcelés par la privatisation.

marche n°114

Marcher pour revêtir le corps et la pensée des autres.

marche n°115

Marcher pour se sentir étranger parmi les étrangers.

marche n°116

Marcher pour s'émanciper des espérances familiales et sociales placées en soi.

marche n°117

Marcher pour se délivrer du fardeau moderne de son identité.

marche n°118

Marcher pour répondre à l'abondance grisante de la foule.

marche n°120

Marcher pour garder la ville et la rue vivantes.

marche n°121

Marcher pour imprimer des pages d'Histoire.

marche n°122

Marcher pour revendiquer un passé et investir le présent.

marche n°123

Marcher pour maintenir l'espace public.

marche n°124

Marcher pour réclamer et revendiquer la rue.

marche n°125

Marcher pour refuser la dépossession de l'espace.

marche n°126

Marcher pour résister à l'annexion de l'espace.

marche n°127

Marcher pour être d'ores-et-déjà arrivé à ses fins.

marche n°128

Marcher pour revendiquer la liberté du temps et des corps.

marche n°129

Marcher pour revendiquer le temps libre.

marche n°130

Marcher pour faire obstacle à la fluidité du trafic automobile.

marche n°131

Marcher pour déplier la vie privée.

marche n°132

Marcher pour affirmer la biologie et la vie des sens.

marche n°133

Marcher pour préserver la relation entre le voyageur et l'espace du voyage.

marche n°134

Marcher pour maintenir l'être, l'espace, le temps, l'expérience.

marche n°135

Marcher pour maintenir ou retrouver un monde à taille humaine.

marche n°136

Marcher pour songer les yeux grands ouverts.

marche n°137

Marcher pour contribuer à rendre le monde habitable.

marche n°138

Marcher pour dessiner grandeur nature.

marche n°139

Marcher pour avoir trouvé le temps de.

marche n°140

Marcher pour tuer le temps, rassasier le regard.

marche n°141

Marcher pour préparer la révolte.

marche n°142

Marcher pour que nos pensées valent quelque chose.

marche n°143

Marcher pour enregistrer les vibrations du territoire.

marche n°144

Marcher pour reparler à nos morts.

marche n°145

Marcher pour distraire les enchantements.

marche n°147

Marcher pour chasser les pensées pesantes.

marche n°148

Marcher pour faire advenir les pensées fécondes.

marche n°149

Marcher pour posséder tous les paysages.

marche n°150

Marcher pour devenir le chemin.

marche n°151

Marcher pour racheter son salut.

marche n°152

Marcher pour se familiariser avec le détail des choses.

marche n°153

Marcher pour participer de tout son corps à la joie du monde.

marche n°154

Marcher pour vivre un destin commun.

marche n°155

Marcher pour faire vivre les sentiers, les régions, les pays.

marche n°156

Marcher pour que le véhicule et le passager ne fassent qu'un.

marche n°157

Marcher pour être à la fois l'instrument et ce qu'il produit.

marche n°158

Marcher pour se dégager de ses engagements.

marche n°159

Marcher pour que le chemin revienne sous nos pas.

marche n°160

Marcher pour fendre les herbes.

marche n°161

Marcher pour convoquer le souvenir des disparus.

marche n°162

Marcher pour lire l'écriture des moucherons.

marche n°163

Marcher pour déposer sur chaque chose le cristal du regard.

marche n°164

Marcher pour conquérir les nuits.

marche n°165

Marcher pour dilater les rêves.

marche n°166

Marcher pour placer son salut dans le mouvement.

marche n°167

Marcher pour faire rouler les cailloux.

marche n°168

Marcher pour disparaître à travers les friches.

marche n°169

Marcher pour tenir l'équilibre sur des fils invisibles.

marche n°170

Marcher pour tout de suite saisir le rapport viscéral qu'il peut y avoir aux forêts, aux vallées, aux rochers, aux sources.

marche n°171

Marcher pour que le passé se livre, à travers la bartasse du maquis ou sur les crêtes pelées.

marche n°172

Marcher pour s'assurer la fidélité des chemins.

marche n°173

Marcher pour faire glisser la terre hors du terroir.

marche n°174

Marcher pour être délivré de l'appartenance à la famille, à la fratrie, à la nation.

marche n°175

Marcher pour tuer le temps avec des balles à blanc.

marche n°176

Marcher pour se déployer en une infinité de touches.

marche n°177

Marcher pour se consoler de la taille et de la vitesse (du monde) du XXIe siècle.

marche n°178

Marcher pour saluer les bêtes.

marche n°179

Marcher pour jouir mezza voce d'un effort modéré.

marche n°180

Marcher pour le plaisir de basse intensité de détecter des traces de vie dans la montagne.

marche n°181

Marcher pour pêcher à la ligne des pensées.

marche n°182

Marcher pour réduire sa vie à sa plus simple et belle expression.

marche n°183

Marcher pour enlacer son corps aux rues qui le tournent et le retournent.

marche n°184

Marcher pour être possédé, joueur ou joué, par la rumeur des différences.

marche n°185

Marcher pour maintenir la complexité de la ville et son opaque mobilité.

marche n°186

Marcher pour ne pas se mettre à distance du monde mais le pratiquer.

marche n°187

Marcher pour que le corps obéisse aux pleins et aux déliés de l'écriture d'un "texte" urbain.

marche n°188

Marcher pour la connaissance aveugle des espaces qui ne se voient pas.

marche n°189

Marcher pour insinuer une ville transhumante et métaphorique dans le texte clair de la ville planifiée et lisible.

marche n°190

Marcher pour ruser avec les occasions.

marche n°191

Marcher pour réintroduire partout les opacités de l'histoire.

marche n°192

Marcher pour suivre le pullulement des pratiques microbiennes qui survivent au système urbanistique devant les gérer.

marche n°193

Marcher pour entendre l'histoire des pas perdus.

marche n°194

Marcher pour le grouillement innumérable des pas singuliers.

marche n°195

Marcher pour jouer avec ses pas.

marche n°196

Marcher pour façonner des espaces, tramer les lieux, faire la cité.

marche n°197

Marcher pour ne pas être localisé mais pour spatialiser.

marche n°198

Marcher pour que perdure la pratique face à la trace.

marche n°199

Marcher pour faire acte d'énonciation dans le système urbain.

marche n°200

Marcher pour ouvrir des espaces d'énonciation.

marche n°201

Marcher pour actualiser les possibilités et les interdictions d'un ordre spatial.

marche n°202

Marcher pour transformer en autres choses chaque signifiant spatial.

marche n°203

Marcher pour accroître et sélectionner les possibles.

marche n°204

Marcher pour actualiser en secret les fragments prélevés de l'énoncé des villes.

marche n°205

Marcher pour créer du discontinu dans le texte urbain.

marche n°206

Marcher pour composer dans les villes des "tournures" spatiales "rares", "accidentelles", ou illégitimes.

marche n°207

Marcher pour s'approprier l'espace par un "je" au présent.

marche n°208

Marcher pour lancer des appels dans des labyrinthes d'échos.

marche n°209

Marcher pour "parler" les trajectoires.

marche n°210

Marcher pour qu'à chaque pas changent les modalités de la marche.

marche n°211

Marcher pour tourner des parcours comme on tourne des phrases.

marche n°212

Marcher pour dilater des éléments d'espace.

marche n°213

Marcher pour dérréaliser la vraissemblance d'une continuité.

marche n°214

Marcher pour structurer un parcours en mythe.

marche n°215

Marcher pour n'être ni arrêté en tableau ni circonscrit dans un texte.

marche n°216

Marcher pour fragmenter et détourner l'ordre immobile des villes.

marche n°217

Marcher pour évanouir les villes ; les exagérer ou les distordre.

marche n°218

Marcher pour produire des non-lieux.

marche n°219

Marcher pour manquer de lieu.

marche n°220

Marcher pour le procès indéfini d'être absent et en quête d'un propre.

marche n°221

Marcher pour l'immense expérience sociale de la privation de lieu.

marche n°222

Marcher pour croiser d'autres exodes et faire entrelacs.

marche n°223

Marcher pour se soustraire au regard de la ville.

marche n°224

Marcher pour attirer ou repousser les ombres.

marche n°225

Marcher pour muer les lieux en passages.

marche n°226

Marcher pour construire de nos pieds des phrases inconscientes.

marche n°227

Marcher pour filer par des chemins sans noms et sans signatures.

marche n°228

Marcher pour affecter une polysémie aux rues.

marche n°229

Marcher pour être conduit par les toponymies.

marche n°230

Marcher pour articuler une géographie poétique sur la géographie du sens littéral.

marche n°231

Marcher pour produire d'autres voyages dans l'ordre fonctionnaliste et historique de la circulation.

marche n°232

Marcher pour des reliques de sens, pour leurs déchets, pour les restes inversés des grandes ambitions.

marche n°233

Marcher pour que des riens ou des presque-riens symbolisent et orientent nos pas.

marche n°234

Marcher pour rappeler les fantômes tapis dans nos gestes et nos corps.

marche n°235

Marcher pour se substituer au légendaire perdu des lieux.

marche n°236

Marcher pour ouvrir l'espace à de l'autre.

marche n°237

Marcher pour explorer les déserts de nos mémoires.

marche n°238

Marcher pour retourner à un exotisme proche par les détours du lointain.

marche n°239

Marcher pour inventer des reliques et des légendes, des "fragments de musique et de poésie".

marche n°240

Marcher pour se déraciner dans ses origines.

marche n°241

Marcher pour produire le légendaire qui manque à présent dans le lieu proche.

marche n°242

Marcher pour rendre présent l'absence.

marche n°244

Marcher pour déplier les histoires empilées dans un lieu.

marche n°245

Marcher pour serpenter entre les coulures d'asphaltes et percevoir l'écriture d'une recomposition.

marche n°246

Marcher pour fissurer le présent.

marche n°247

Marcher pour connaître la noblesse des pays.

marche n°248

Marcher pour approcher puissamment et fréquenter amicalement les pays.

marche n°249

Marcher pour se mettre dans les plis du paysage.

marche n°250

Marcher pour voir le paysage de l'intérieur.

marche n°251

Marcher pour s'impliquer et participer au paysage.

marche n°252

Marcher pour décrire le paysage.

marche n°253

Marcher pour se transformer en une loupe ou en un télescope.

marche n°254

Marcher pour sentir les détails du paysage.

marche n°255

Marcher pour pratiquer une forme d'archéologie vivante.

marche n°256

Marcher pour laisser un peu de soi à la route.

marche n°257

Marcher pour ne pas être un "usager d'espaces arborés".

marche n°258

Marcher pour être une force sans être une violence.

marche n°259

Marcher pour être dehors et à l'abri.

marche n°260

Marcher pour voir les couleuvres fuser dans les herbes.

marche n°261

Marcher pour rapprocher l'exotisme.

marche n°262

Marcher pour être vulnérable au monde.

marche n°263

Marcher pour être aux aguets du monde.

marche n°264

Marcher pour prévoir et surprendre la logique des routes.

marche n°265

Marcher pour saisir le poids que nous exerçons sur la Terre.

marche n°266

Marcher pour découvrir ce qui s'abandonne et ce qui meurt le long des chemins.

marche n°267

Marcher pour être vite loin de chez soi.

marche n°268

Marcher pour capturer un coléoptère.

marche n°269

Marcher pour être souverain de soi-même.

marche n°270

Marcher pour éviter le goudron.

marche n°271

Marcher pour coller à la boue.

marche n°272

Marcher pour se maintenir sur le réseau des pistes oubliées.

marche n°273

Marcher pour que le limon retienne nos pas.

marche n°274

Marcher pour la découverte d'un pays mêmement illégal et irréel.

marche n°275

Marcher pour tenter d'être digne de ce que nous foulons.

marche n°276

Marcher pour parcourir ce que pourrait être le cadre de nos vies.

marche n°277

Marcher pour appartenir au même sol que les insectes; et ne pas les écraser.

marche n°278

Marcher pour tomber dans (ou éviter) les pièges du paysage, des reliefs et des infrastructures.

marche n°279

Marcher pour entendre tout ce qui réagit, caché, à la vibration créée par ses pas.

marche n°280

Marcher pour voyager en suscitant la méfiance des habitants de la localité où on vient à passer.

marche n°281

Marcher pour dévisager et être dévisagé.

marche n°282

Marcher pour la pression dans la poitrine lorsque les pierres se mettent à rouler.

marche n°283

Marcher pour le rêve et l'impossibilité de mesurer toutes choses en quelques enjambées.

marche n°284

Marcher pour se déployer et recouvrir la terre de son corps, pour s'enfouir dans l'univers.

marche n°285

Marcher pour parcourir le monde sans le défigurer.

marche n°286

Marcher pour voyager comme Thalès, Platon et Pythagore.

marche n°287

Marcher pour ne pas s'arracher à l'examen des richesses que nous foulons aux pieds et que la terre prodigue à la vue.

marche n°288

Marcher pour voyager sans arriver.

marche n°289

Marcher pour protéger les chemins.

marche n°290

Marcher pour que les pieds puissent entendre battre le cœur de la Terre.

marche n°291

Marcher (avant l'aube) pour baigner ses pieds dans la rosée du matin.

marche n°292

Marcher pour explorer le sol avec ses pieds.

marche n°293

Marcher pour prendre sa place dans l'air.

marche n°294

Marcher pour s'échapper dans un temps ralenti.

marche n°295

Marcher pour aller à rebours de la performance, d'une quête de l'extrême sponsorisée.

marche n°296

Marcher pour mettre en jeu ses propres ressources.

marche n°297

Marcher pour décider seul de son emploi du temps.

marche n°298

Marcher pour ne pas aller plus vite que son ombre.

marche n°300

Marcher pour affirmer que le temps n'appartient qu'à soi.

marche n°301

Marcher pour déjouer les impératifs de vitesse, de rendement, d'efficacité.

marche n°302

Marcher pour perdre du temps avec élégance.

marche n°303

Marcher pour prendre son temps sans être pris par lui.

marche n°304

Marcher pour calmer le jeu.

marche n°305

Marcher pour résister à ces impératifs du monde contemporain qui élaguent le goût de vivre.

marche n°306

Marcher pour méditer le nez au vent.

marche n°307

Marcher pour être à la hauteur des choses et dans le rythme du monde.

marche n°308

Marcher pour mettre à hauteur des sens, les particularités du parcours.

marche n°309

Marcher pour retourner à l’élémentaire : l’aube, le coucher du soleil, la nuit, la terre, les pierres, les collines, les montagnes, l’eau, la pluie, le vent.

marche n°310

Marcher pour nous rappeler notre humanité essentielle immergée dans un monde qui nous dépasse et nous émerveille ou nous inquiète.

marche n°311

Marcher pour s'élever et s'ancrer en même temps, laisser une marque et partir.

marche n°312

Marcher pour faire danser ses peurs.

marche n°313

Marcher pour qu'à chaque pas un autre ciel commence.

marche n°314

Marcher pour nous porter à l'envers du monde.

marche n°315

Marcher pour que le monde se révèle de lui-même.

marche n°316

Marcher pour réapprendre à marcher.

marche n°317

Marcher pour comprendre les habitudes et les codes des pays.

marche n°318

Marcher pour se mêler à la foule, pour passer inaperçu·e, pour se fondre dans le paysage.

marche n°319

Marcher pour se rapprocher des personnes et tenter de leurs ressembler.

marche n°320

Marcher pour rester debout.

marche n°321

Marcher pour retrouver une terre sur laquelle nous pourrons respirer.

marche n°322

Marcher pour devenir invisible, effacer ses empreintes.

marche n°323

Marcher pour unir chaque forêt à une forêt unique.

marche n°324

Marcher pour unir chaque lieu du monde à un lieu au-delà de tous les lieux.

marche n°325

Marcher pour réitérer l'aventure du mouvement quotidien.

marche n°326

Marcher pour commencer à nous dépouiller de notre personnage.

marche n°327

Marcher pour devenir qui nous sommes sans imiter personne.

marche n°328

Marcher pour que nos pas fassent chanter les sols.

marche n°329

Marcher pour inventer des chansons sur la mesure battue par nos pas.

marche n°330

Marcher pour que le chemin nous lie à tous ceux qui l'ont également parcouru ou qui le parcourront.

marche n°331

Marcher pour savoir encore, ce que nous ne voyons plus.

marche n°332

Marcher pour l'image hors de nous, d'un dialogue tenu au-dedans.

marche n°333

Marcher pour vaincre son corps, en vainquant le rocher et la glace.

marche n°334

Marcher pour ne pas parler de la montagne, mais par la montagne.

marche n°335

Marcher pour discuter en silence.